Horaires

Musée

Lu Fermé

Ma – Di 10:00 - 17:00

Café du Château

Lu Fermé

Ma – Di 09:30 - 17:30

Horaires particuliers

Lu, 1.8.2022 10:00 - 17:00, Fête nationale

Di, 18.9.2022 10:00 - 17:00, Jeûne fédéral

Lu, 19.9.2022 Fermé, Lundi du Jeûne fédéral

Sa, 24.12.2022 10:00 - 17:00, Veille de Noël

Di, 25.12.2022 Fermé, Noël

Lu, 26.12.2022 10:00 - 17:00, Saint-Étienne

Sa, 31.12.2022 10:00 - 17:00, Saint-Sylvestre

Di, 1.1.2023 Fermé, Nouvel an

Lu, 2.1.2023 10:00 - 17:00, Saint-Berthold

Afficher tout

Horaires

Musée

Lu Fermé

Ma – Di 10:00 - 17:00

Café du Château

Lu Fermé

Ma – Di 09:30 - 17:30

Horaires particuliers

Lu, 1.8.2022 10:00 - 17:00, Fête nationale

Di, 18.9.2022 10:00 - 17:00, Jeûne fédéral

Lu, 19.9.2022 Fermé, Lundi du Jeûne fédéral

Sa, 24.12.2022 10:00 - 17:00, Veille de Noël

Di, 25.12.2022 Fermé, Noël

Lu, 26.12.2022 10:00 - 17:00, Saint-Étienne

Sa, 31.12.2022 10:00 - 17:00, Saint-Sylvestre

Di, 1.1.2023 Fermé, Nouvel an

Lu, 2.1.2023 10:00 - 17:00, Saint-Berthold

Afficher tout

Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Château de Prangins
Date de publication 4.5.2021

Avec la nouvelle exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde, à voir à partir du 8 mai, le Château de Prangins croise histoire locale et globale, et met la Suisse en relation avec le monde. Elle révèle l’implication de nombreux Suisses dans des chapitres clés de la période moderne, tels que l’industrialisation, le commerce triangulaire, la colonisation et l’esclavage. L’exposition fait partie du nouveau Centre des indiennes, qui comprend en plus une salle d’études, un carré de plantes tinctoriales au Jardin potager et une importante offre d’ateliers de teinture végétale.

Des négociants genevois important des tissus d’Inde pour les vendre à Bordeaux, d’où ils seront envoyés au Brésil pour servir de vêtement à des esclaves africains. Des marchands bâlois s’installant à Nantes pour mieux financer et réunir des cargaisons de traite. Des officiers neuchâtelois au service de la puissante Compagnie hollandaise des Indes orientales. Des Suisses faisant travailler des esclaves dans des plantations dont ils sont les propriétaires ou les administrateurs. Ces histoires et bien d’autres composent quelques-unes des facettes de l’épopée passionnante, mais ô combien complexe des indiennes, ces tissus de coton imprimés qui passent pour le premier produit mondialisé de tous les temps.

La nouvelle exposition invite le public à suivre la trajectoire des indiennes sur quatre continents, en s’interrogeant sur l’impact qu’elles ont eu dans les différents centres de production et de consommation. Le parcours emmène les visiteurs de l’Inde au Brésil, en passant par la Suisse, la France et l’Afrique de l’Ouest. Tout au long de l’itinéraire, la présence et le rôle des Suisses sont soulignés. En effet, en maints endroits du monde, à divers échelons et dans différentes fonctions, des Suisses contribuèrent, directement ou indirectement, à écrire l’histoire des indiennes. Une histoire palpitante, entre mode et mondialisation, où il est aussi question d’imitation, d’interdiction, d’espionnage commercial et de contrebande.

Une salle d’étude permet de prolonger la visite de l’exposition et de se familiariser avec les techniques de fabrication, l’iconographie des toiles ou les productions de diverses manufactures. Par ailleurs, un riche programme de cours de teinture végétale complète permet une appréhension plus sensorielle et tactile de l’univers des indiennes.

Avec ce Centre des indiennes inédit, le Château de Prangins propose une approche globale et transversale d’un passionnant sujet d’histoire culturelle et offre aux visiteurs des clés de lecture pour mieux saisir certains enjeux de la globalisation d’hier et d’aujourd’hui.

Direction de projet et commissariat: Helen Bieri Thomson, assistée de Barbara Bühlmann et Matthieu Péry

Images

Affiche de l'exposition permanente

(c) Musée national suisse

Palempore aux ambassadeurs

Palempore aux ambassadeurs | Inde, côte de Coromandel, première moitié ou milieu du XVIIIe siècle. Peint et teint par mordançage et réserve, avec poncif pour les bordures.

(c) Musée national suisse

Caraco à la française

Caraco à la française | France, manufacture non identifiée, vers 1775 | Impression: planche de bois

(c) Musée national suisse

Enseigne du Régiment suisse de Meuron

Enseigne du Régiment suisse de Meuron au service de la Compagnie hollandaise des Indes orientales | vers 1790, Aquarelle et gouache sur papier

(c) Musée national suisse

Mata ni pachedi, tenture de la déesse mère

Mata ni pachedi, tenture de la déesse mère | Coton peint à la main, 2019 | Atelier de Chitara Chandrakant, Ahmedabad, Inde

(c) Musée national suisse

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

(c)Musée national suisse

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

(c)Musée national suisse

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

(c) Musée national suisse

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

(c)Musée national suisse

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

Scénographie de l'exposition permanente Indiennes. Un tissu à la conquête du monde

(c)Musée national suisse

Tatiana Oberson

Responsable communication et marketing

Château de Prangins +41 22 994 88 68 tatiana.oberson@museenational.ch

Recherche